Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 14:39

Genre : maryhigginsclarkerie


Difficulté de lecture:


L'histoire  :

Pat Traymore, jeune et talentueuse journaliste s'installe à Whaashingto por réaliser un reprtage sur Abigail Jennings, sénateur des Etats-Unis, pressentie pour être la première femme vice -présidente.
Mais, à peine installée dans sa nouvelle maison, un coup de téléphone anonyme la menace si elle ne quitte pas la maison. Maison qui a été le témoin du crime qui a détruit son enfance.


Mon avis:
Sans vouloir vexer personne... ben c'est un MH Clark... "Patricia Traymore avec ses cheveux roux, sa voix sourde et ses yeux bruns au regard chaleureux, sera une recrue pleine d'attrait..."
Un peu trop cliché à mon goût ses héroïnes. Hyper belles, avec un drame qui a détrut leur enfance, un homme qu'elles aiment mais un truc les éloigne (z'inquiétez pas, il arrivera pour la sauver au dernier moment !!!).
Celui-là obéit bien à la règle.
Il se lit agréblement au bord d'une piscine. Et s'oublie tout aussi agréablement...
Repost 0
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 17:27

Genre : enquête policière alibi d'une autre histoire.


Difficulté de lecture:
(surtout parce que c'est bien tristouille)

L'histoire  (d'après l'éditeur):

A l’hiver 1917, dans un village du nord de la France tout près duquel les combats font rage, une fillette d’une dizaine d’années est retrouvée morte, assassinée sur le bord d’un petit cours d’eau.
Des années plus tard, retraité, le policier qui a mené l’enquête raconte ce qui a suivi. Qui a tué Belle ? Un maraudeur de passage ? Le petit soldat breton déserteur ? La solidarité de classe n’aurait-elle pas épargné le coupable en la personne du procureur Destinat, personnage impitoyable et glacé ? Et comment expliquer le suicide de la jeune institutrice, Lysia, si pleine de vie ?


Mon avis:
J'ai trouvé ce roman bien gris, bien triste. A l'image de ce pays qui est décrit ici comme froid, désolé, flirtant avec la mort si proche.
Les hommes sont décrits pour certains avec beaucoup de cynisme (le juge..) ou beaucoup de tendresse.
Le remord de ce policier qui se reproche, occupé par son propre chagrin, d'avoir laissé faire cette injustice, rend le roman très oppressant.

Magnifique mais à réserver pour un jour où vous avez le moral.

Si vous voulez l'avis de Nini, vous le trouverez ici.
Repost 0
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 22:14

 

L'histoire  (d'après l'éditeur):

Première partie : dans le jardin des oliviers, un homme attend que des soldats viennent l'arrêter pour le conduire au supplice. Quelle puissance surnaturelle a fait de lui, fils de menuisier, un agitateur, un faiseur de miracle, prêchant l'amour et le pardon?

Deuxième partie : trois jours plus tard, au matin de Pâques, Pilate dirige la plus extravagante des enquêtes policières : un cadavre a disparu et est réapparu vivant! Y a-t-il un mystère Jésus ou simplement une affaire Jésus? A mesure que Sherlock Pilate avance dans son enquête, le doute s'insinue dans son esprit. Et avec le doute l'idée de foi.


Mes impressions de lecture:
Je trouve que ce qui démarque les GRANDS auteurs c'est la fin et le début. La première et la dernière phrase. La première vous accroche pour faire aller au bout et la dernière, c'est le bouquet final, celle dont vous allez garder le goût en bouche.
On trouve les deux chez EE Schmitt.

Mais ce qu'on y trouve surtout c'est un immense talent de conteur.

 

Je ne savais pas à quoi m'attendre en commençant ce roman. Un truc religieux? Une réflexion sur les évangiles? Un petit point historique sur cette période comme c'est la mode en ce moment (cf le merveilleux "Marie" de Marek Halter) ?

J'ai commencé à le lire, je l'ai refermé.

Mais comme c'est Eric-Emmanuel Schmidt, j'ai saisi la main tendue et j'ai plongé...

 

Une première partie qui se présente comme l'histoire d'un prophète parmi tous les prophètes qui sillonnaient la Galillée à cette époque. Est-il LE prophète? On imagine, on doute... Et pour moi la révélation avec Judas. Je ne veux pas en dire trop mais je regarde désormais Judas avec un oeil bien différent.

 

Une deuxième partie totalement différente, surprenante, moins facile à aborder mais tellement enrichissante.

Finalement "l'évangile selon Pilate" c'est tout ce que j'ai écrit plus haut et c'est bien plus... Grâce à lui on voit la religion sous un autre angle. On sort du débat, finalement pas si intéressant "est-ce que Dieu existe ou pas ?" pour nous en faire toucher un autre bien plus riche "c'est quoi la foi?"

Je ne dis pas que ce roman y répond, mais il nous fait pas mal avancer dans la réflexion.


Je ne suis pas claire? C'est bien possible : il a fallu 230 pages (version poche) à un auteur de génie pour poser sa pensée. Avec brio, humour, sérieux, virtuosité...

 


Un roman qui ne fait pas trop de noeuds au cerveau, que je conseille particulièrement à tous ceux qui aiment bien enrichir leur point de vue

 

"L'amour, je devais en dispenser à ceux qui n'étaient ni assez beaux, ni assez drôles, ni assez intéressants pour l'attirer naturellement, de l'amour pour les gens non aimables."

Repost 0
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 22:09

Genre : suspens policier qui fait un peu frémir mais pas trop

En un mot: classique

Difficulté de lecture:


L'histoire  (d'après l'éditeur):

Deux coups de feu, le trou noir... Douze jours de coma... Marc se réveille : sa femme est morte et Tara, sa petite fille de six mois, a disparu. La demande de rançon est claire : deux millions de dollars et Tara aura la vie sauve. Avocats véreux, filières d'adoption douteuses, trafic de bébés, enlèvements crapuleux, tueurs à gages, psychopathes... La vie de Marc bascule dans le cauchemar absolu.


Mon avis:
C'est très bien pour lire en vacances, dans l'avion, dans le train. Vite lu, vite oublié. Je ne crache pas dessus car je l'ai lu avec plaisir. Mais rien de mémorable.

Beaucoup bien que la série avec Myron Molitar dans la milieu du sport en tous cas.
.


Repost 0
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 18:05

Genre : histoire d'amour hors normes

En un mot: essence de génie

Difficulté de lecture:


L'histoire  :

Mohammed, un jeune arabe de 14 ans est élevé par madame Rosa, ancienne prostituée juive à Belleville.


Mon avis:
Ce roman a été signé Emile Ajar et a reçu un prix goncourt. Le deuxième pour Roman Gary.
Comment ai-je pu vivre 38 ans sans le connaître? Cela me semble inouï !!
Je n'ai pas perdu un seul mot de ce roman, j'en ai savouré chaque page, j'en ai relu certaines, je les ai lues d'autres à voix haute.
Certes, il n'est pas facile à lire car le langage de Momo n'est pas toujours clair. Mais Romain Gary a réussi à montrer l'intelligence du verbe de l'enfant à travers son français un peu chahuté.
J'ai terminé ce roman dans un liu public (le bord d'une piscine à Punta cana pour être précise) et j'étais bien  contente d'avoir des lunettes pour cachre mon émotion.
Des larmes de joie? Des larmes de tristesse? Ou tout simplement d'émotion face au Beau?

"La première chose que je peux vous dire c'est qu'on habitait au sixième à pied et que pour madame Rosa, avec tous ces kilos qu'elle portait sur elle et seulement deux jambes, c'était une vraie source de vie quotidienne."

" Je ne comprendrai jamais pourquoi l'avortement c'et autorisé pour les jeunes et pas pour les vieux. Moi je trouve que le type en Amérique qui abattu le record du monde comme légume (allusion à quelqu'un qui est resté 17 ans dans un état végétatif) c'est encore pire que Jésus parce qu'il est resté sur sa croix 17 ans et des poussières. Moi je trouve qu'il n'y a rien de plus dégueulasse que d'enfoncer la vie de forcedans la gueule des gens qui ne puvent pas se défendre et qui ne veulent plus s'en servir."
Repost 0
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 17:58

Genre : humour noir... pas si noir

En un mot: lecture rapide

Difficulté de lecture:


L'histoire (d'après l'éditeur) :

Vous avez raté votre vie ?
Avec nous, vous réussirez votre mort !

Imaginez un magasin où l'on vend depuis dix générations tous les ingrédients possibles pour se suicider. Cette petite entreprise familiale prospère dans la tristesse et l'humeur sombre jusqu'au jour abominable où surgit un adversaire impitoyable : la joie de vivre...

Mon avis:
A réserver aux amateurs de blagues de mauvais goût et d'humour noir!

Petit livre qui se lit avec une facilité déconcertante, il déploie des trésors d'imagination. Je me suis régalée à sa lecture.

Repost 0
21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 19:08

Genre : qui suis-je? Où vais-je?

En un mot: lecture rapide

Difficulté de lecture:


L'histoire (d'après l'éditeur) :

La vie de Ben Bradford n'est qu'une vaste comédie : en apparence, c'est un père et un mari comblé; en réalité il souffre de la froideur de son épouse. Brillant avocat, il ne r^ve que de photographie.

Alors qu'il se persuade qu'il est heureux, il découvre que sa femme le trompe et, qui plus est, avec un photographe!

Anéanti il commet l'irréparable : il tue son rival. Que faire? Ben choisit de prendre la fuite et recommence une nouvelle vie en prenant l'identité de sa victime.


Mon avis:
Cela se lit de façon très agréable. Comme toujours, avec D. Kennedy l'écriture est irréprochable. L'intrigue est très bien menée. J'ai un peu moins aimé que "le charme discret de la vie conjugale" mais je suis néanmoins séduite.
Repost 0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 16:11



Genre : roman historique

En un mot: indian love

Difficulté de lecture:


L'histoire  :

Ce roman nous raconte l'histoire d'un amour impossible. Entre Lady Edwina Mountbatten et Nehru sur fond de décolonisation, de guerre civile. C'est aussi l'histoire d'une femme qui se découvre en Inde, d'une amitié en tre un anglais et un chef d'état indien.


Mon avis:
Nehru, Gandhi, Mountbatten vous connaissez sans doute... 1947, l'indépendance de l'Inde on en a tous entendu parler. A peu près.. un peu... pas tant que ça finalement.
Ce livre a l'immense mérite de mettre tout ça au clair.
J'ai enfin compris la complexité des relations entre le Pakistan et l'Inde, que le Mahatma Gandhi n'avait obtenu ce qu'il souhaitait en fin de compte et tellement d'autres choses encore.
Mais j'ai été déçue.
Cette histoire d'amour magnifique qui a su vaincre le temps et la distance n'a pas été traitée comme elle l'aurait du. Je n'ai pas réussi à être touchée par ce roman, par la poésie de l'Inde et la couleur des personnages. Trop long. Ecriture plate.
Je l'ai lu jusqu'au bout par curiosité intellectuelle mais là, tout de suite j'ai envie de lire quelque chose de mieux écrit.
Repost 0
Published by touteseule - dans Roman historique
commenter cet article
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 13:01

Pages arrachées du journal de Philippe BARBEAU



Genre : album philosophique

En un mot: à la recherche du bonheur

Difficulté de lecture:


L'histoire  :

"Moi, rien ne m'énerve plus qu'un type qui ne sait pas sourire, alors j'ai ramassé un caillou,oh pas plus gros qu'une noix et je le lui ai jeté."


Mon avis:
Cet album est pur bijou. Le graphisme est magnifique. Inventif, léger, plein d'émotions, de sous-entendus. Et l'histoire ne peut que toucher au plus profond de son coeur.

A lire de toute urgence, aussi bien par les adultes que par les enfants.

Léger comme un plume mais mon esprit gardera longtemps la douceur de sa caresse.

Repost 0
Published by touteseule - dans Littérature jeunesse
commenter cet article
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 10:51

Genre : polar

En un mot

Difficulté de lecture:


L'histoire  :

" Victor, mauvais sort, que fais-tu dehors ? "

Depuis quatre mois, cette phrase accompagne des cercles bleus qui surgissent la nuit, tracés à la craie sur les trottoirs de Paris. Au centre de ces cercles, prisonniers, un débris, un déchet, un objet perdu : trombone, bougie, pince à épiler, patte de pigeon...

Le phénomène fait les délices des journalistes et de quelques psychiatres qui théorisent : un maniaque, un joueur. Le commissaire Adamsberg, lui, ne rit pas. Ces cercles et leur contenu hétéroclite sont de mauvais augure. Il le sait, il le sent : bientôt, de l'anodin saugrenu on passera au tragique. Il n'a pas tort. Un matin, c'est le cadavre d'une femme égorgée que l'on trouve au milieu d'un de ces cercles bleus.


Mon avis:
Fred Vragas on aime ou on n'aime pas. Personnellement j'adore ses personnages un peu bizarres, son ambiance feutrée et ses intrigues gentiment tirées par les cheveux. Là, je ne suis pas peu fière de dire que j'avais trouvé. L'assassin, le mobile et tout. Quelques pages vant mais quand même c'est pas mal.
L'intrigue est très bien ficelée. Au début cela semble très complexe mais aucun tour de passe-passe pour élucider. Juste un doigt de bonne vieille logique: tous les indices sont sous vos yeux. Enfin presque...
Pour les amateurs de personnages hauts en couleurs!
Repost 0

Je Suis...

  • : Les lectures d'heureuse
  • Les lectures d'heureuse
  • : "Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois" Pierre Dumayet
  • Contact

Cher égaré du net,


Je ne sais quel hasard vous a amené vers ces pages mais je préfère être honnête avec vous. Vous ne trouverez ici:

                                  - Ni analyse littéraire aussi intelligente que complexe,

                - ni étude approfondie de chaque ouvrage.


 

Qu'ai-je donc à vous proposer?     


Partager mes coups de coeur coeur-73.gif, mes coups de gueule, mes "bof...".


 Echanger sur ces mêmes coups de coeur, coups de gueule, coups de "bof...", parce que, tous ces livres, qu'on les ait aimés ou pas ont été écrits par un auteur qui a mis son coeur et méritent, pour la plupart qu'on les fasse vivre le plus possible.

marguerite.jpg


           Essayer de retranscrire ce petit instant inimitable qu'on vit quand on lit le dernier mot de la dernière phrase de la dernière page d'un livre.


Cet instant de tristesse, de vide incommensurable  à l'idée de quitter un univers qu'on avait plaisir à retrouver jour après jourhp7.gif. Cette déception terrible quand on se retrouve face à une chute bien plate9782221113073.gif ou au contraire cette explosion d'émotions qu'un immense talent nous procure en quelques mots 9782253115540 .

Ou le soulagement que le pensum arrive enfin à son terme9782266164573.

 

 

 

Ce blog est ma mémoire, ma petite bibliothèque intérieure.

 


 

Je vous en prie, choisissez un livre et asseyez-vous pour le feuilleter tranquillement.


fauteuil2.jpg

Mes auteurs

Mes auteurs favoris


Irène Némirovsky
Fred Vargas
Carole Martinez
Anne Perry
Barbara Constantine
Jasper Fforde
Nancy Huston
Tatiana De Rosnay
René Barjavel
Romain Gary
Agatha Christie
J.K. Rowling
Anna Gavalda
Eric-Emmanuel Schmitt
Sophie Kinsella