Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 16:42

L'histoire:

Cambridge, de nos jours. Au détour d’une allée de l’imposant campus, Oscar est irrésistiblement attiré par la puissance de l’orgue et des chants provenant d’une chapelle. Subjugué malgré lui, Oscar ne peut maîtriser un sentiment d’extase. Premier rouage de l’engrenage. Dans l’assemblée, une jeune femme attire son attention. Iris n’est autre que la sœur de l’organiste virtuose, Eden Bellwether, dont la passion exclusive pour la musique baroque s’accompagne d’étranges conceptions sur son usage hypnotique…
Bientôt intégré au petit groupe qui gravite autour d’Eden et Iris, mais de plus en plus perturbé par ce qui se trame dans la chapelle des Bellwether, Oscar en appelle à Herbert Crest, spécialiste incontesté des troubles de la personnalité.

 

Mes impressions de lecture:

A l'image de sa couverture et de sa thématique, le livre est hypnotique. Un petit peu difficile de rentrer dedans. Hormis la déconcertante scène d'ouverture, le début est un peu trop lent à mon goût.

Mais très vite, on s'y aggripe, on s'y cramponne, on commence à accélérer la vitesse de lecture. Et on finit par maudire l'auteur de nous avoir emmené là, de n'avoir rien fait. Un peu comme quand on regarde "Titanic" pour la 20ème fois et qu'on espère que le paquebot va tourner à temps.

Là non plus, le paquebot ne tournera pas à temps.

 

Repost 0
Published by touteseule - dans littérature anglaise
commenter cet article
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 18:46
tous les livres sur Babelio.com

L'histoire:

Dans le calme et la pénombre, au chevet de son père qui vient de se faire opérer des yeux, Charlotte Brontë écrit, se remémore sa vie, la transfigure. Elle devient Jane Eyre dans la rage et la fièvre, et prend toutes les revanches : sur ce père, pasteur rigide, désormais à sa merci, sur les souffrances de son enfance marquée par la mort de sa mère et de deux sœurs aînées, sur sa passion malheureuse pour un professeur de français à Bruxelles, sur son désespoir face à son frère rongé par l'alcool et la drogue, sur le refus des éditeurs qui retournent systématiquement aux trois sœurs Brontë leurs premiers romans, envoyés sous pseudonyme.

 

Mes impressions de lecture:

C'est bien plus un roman de fan qu'un roman historique. Il faut le dire d'emblée.

Et c'est une très bonne chose.

Parce qu'on sent l'affection et la sensibilité de la fan de Charlotte Brontë derrière ce roman. Il y a des passages maladroits, artificiels, comme si toute l'histoire de "Jane Eyre" devait trouver sa source dans la vie de Charlotte. Surtout au début, au moment de son écriture.

Et ensuite Sheila Kohler lâche les brides et se met dans la peau de ses personnages, patiente, s'émeut, souffre, partage leurs émotions. L'écriture devient touchante et sensible. En tous cas, elle m'a touchée et émue bien plus que les premières pages me l'avaient laissé supposer.

Une très jolie découverte.

Repost 0
Published by touteseule - dans littérature anglaise
commenter cet article
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 15:37

L'histoire:

Je m'appelle Savannah et je suis certainement la fille la plus anglaise des frenchies ! Depuis que nous vivons à Londres, ma mère et moi, je n'ai plus qu'un objectif : devenir the styliste. La mode c'est ma passion. Alors je couds, je découds, je coupe et je strasse à la folie ! Et voilà que mes deux nouveaux meilleurs amis londoniens me poussent à participer à un grand concours de stylisme... Et si c'était le début d'une grande carrière ?

 

Mes impressions de lecture:

Evidemment c'est pour les gamines de 12 ans pas très matures ou des adultes très très fatiguées.

Le ton est frais, le thème du stylisme, finalement, assez nouveau pour moi (même si la mode reste définitivement pour moi un domaine superficiel lié au "je vais en f****** plein la vue aux autres" ... pas très enrichissant ni d'un point de vue émotionnel, intellectuel ou culturel).

Si on passe outre, c'est plutôt mignon et agréable à lire.

 

Un gros point négatif toutefois : un roman c'est une situation initiale, des péripéties (élément déclencheur, solution) et situation finale. La nouvelle mode étant de faire des romans en deux tomes, les intrigues ne sont pas terminées, ce qui est très frustrant pour le lecteur, qui se sent un peu floué.

Celui-ci a été offert en cadeau avec l'achat de je ne sais plus quoi : pour le principe je n'achèterai pas le tome 2 !

Repost 0
Published by touteseule - dans littérature anglaise
commenter cet article
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 15:25
tous les livres sur Babelio.com

L'histoire:

Le " Meilleur Boulot du Monde " à New York pour une marque de cosmétiques ultra-branchées, une garde robe de rêve, une meilleure amie très fashion, une famille irlandaise gentiment foldingue et Aidan, un parfait petit mari, à la fois adorable et sexy : de l'avis de tous, Anna Wash est une sacrée veinarde. Jusqu'à ce terrible accident qui la ramène tout droit à Dublin, sur le canapé de se parents, entre plâtre, cicatrices, médicaments, séries télé et zizanie familiale. Mais Anna est bien décidée à retrouver sa trépidante vie-new-yorkaise et son homme au plus vite. Aidant qui, depuis l'accident, n'a plus donné signe de vie... Anna est prête à tout pour le retrouver, quitte à mettre la Grosse Pomme sens dessus dessous !

 

Mes impressions de lecture:

Derrière la couverture rose se cache un très joli et très délicat roman sur le deuil. A lire à la plage planquée derrière ses lunettes de soleil. POur cacher la petite larme qui risque perler au fil de la lecture.

il n'y a que les anglaises pour écrire avec autant de délicatesse et manier aussi bien l'humour.

Repost 0
Published by touteseule - dans littérature anglaise
commenter cet article
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 17:12
tous les livres sur Babelio.com

L'histoire:

Après Seul le silence, R. J. Ellory nous offre un thriller au suspense exceptionnel, doublé d’une impressionnante histoire de la mafia depuis les années 50 jusqu’à nos jours.

2006, La Nouvelle-Orléans. Catherine, la fille du gouverneur de Louisiane est enlevée, son garde du corps assassiné. Confiée au FBI, l’enquête prend vite un tour imprévu : le kidnappeur, Ernesto Perez, se livre aux autorités et demande à s’entretenir avec Ray Hartmann, un obscur fonctionnaire qui travaille à Washington dans une unité de lutte contre le crime organisé. À cette condition seulement il permettra aux enquêteurs de retrouver la jeune fille saine et sauve. À sa grande surprise, Hartmann est donc appelé sur les lieux. C’est le début d’une longue confrontation entre les deux hommes, au cours de laquelle Perez va peu à peu retracer son itinéraire, l’incroyable récit d’une vie de tueur à gages au service de la mafia, un demi-siècle de la face cachée de l’Amérique, de Las Vegas à Chicago, depuis Castro et Kennedy jusqu’à nos jours. Quel est le véritable enjeu de cette confrontation ? Pourquoi Perez a-t-il souhaité qu’Hartmann soit son interlocuteur ? Alors que s’engage une course contre la montre pour retrouver Catherine et que, dans l’ombre, la mafia et les autorités s’inquiètent du dialogue qui s’établit entre les deux hommes, Hartmann ira de surprise en surprise jusqu’à l’étonnant coup de théâtre final.

Avec ce roman d’une envergure impressionnante, R. J. Ellory retrace cinquante ans d’histoire clandestine des États-Unis à travers une intrigue qui ne laisse pas une seconde de répit au lecteur. Maître de la manipulation, il mêle avec une virtuosité étonnante les faits réels et la fiction, le cinémascope et le tableau intime, tissant ainsi une toile diabolique d’une rare intensité.

 

Mes impressions de lecture:

Je ne m'attendais franchement pas à ça !

Ce n'est pas moi qui l'ai choisi pour découvrir cet auteur c'est Mr Ellory (en personne, excusez du peu) qui me l'a personnellement conseillé. Mon cahier des charges était que j'aime bien apprendre, découvrir des univers différents au détour des lectures. Vraiment pas déçue.

Un roman bien construit, bien ficelé, riche et documenté, avec des personnages denses, attachants, une intrigue déconcertante. Un pavé à lire (version poche de 760 pages) mais quel pavé !

Repost 0
Published by touteseule - dans littérature anglaise
commenter cet article
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 15:45

L'histoire:

Si seulement Nan pouvait arrêter de mettre les devoirs de sa petite-fille dans le grille-pain ! Si seulement Karen, la fille de Nan, parvenait à se convaincre qu'il y a pire que d'être grand-mère à trente-trois ans dans un village où la réussite sociale n'est pas vraiment au rendez-vous ! Et Charlotte ? Si seulement elle pouvait échapper aux perpétuelles disputes de ses aînées, quitter ce " trou pourri " et surtout ne jamais ressembler à sa mère !

 

Mes impressions de lecture:

J'ai emprunté ce roman en pensant avoir affaire à de la chick-lit. Et bien pas du tout!!

Le début est troublant car on a trois voix qui s'expriment et la typographie ne les distingue pas très bien. Mais une fois qu'on s'est installé dans l'histoire et dans le style, ça va tout seul.

C'est un roman touchant, sur le rôle de mère, la place d'une femme. A travers les différentes aïeules présentes dans la mémoire de Nan, on évoque aussi l'épouvantable condition des femmes avant ...quand le fait d'être marié à un homme qui ne boit pas ou ne vous cogne pas était une sacrée chance.

 

Pas un chef d'oeuvre, mais bien agréable à lire.

 

Et avec ce roman j'ai conclu mon challenge en moins de 10 mois : hip hip hip hourra  !!

Repost 0
Published by touteseule - dans littérature anglaise
commenter cet article
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 17:53
tous les livres sur Babelio.com

L'histoire:

À Porchester, grosse exploitation agricole des profondeurs du bush australien, les employés regardent avec anxiété l'assèchement inexorable du lac Otway. Un homme y a trouvé la mort dans des circonstances mystérieuses et chacun attend la réapparition du corps. Pour pouvoir enquêter avec discrétion et efficacité, l'inspecteur métis Napoléon Bonaparte, dit Bony, décide de se rendre sur place... en se faisant passer pour le nouveau dresseur de chevaux sauvages ! Avant de percer tous les secrets de ceux qui vivent sur là, il lui faudra d'abord gagner le respect des hommes et déjouer avec tact les avances des femmes. Un défi délicat...

 

Mes impressions de lecture:

J'avais lu quelque part qu'Arthur Upfield était le père du roman policier ethnologique et géographie. Ethnologique, ce n'est pas flagrant dans "la mort d'un lac". Mais géographique assurément.

Je ne suis pas une grande fan des romans "d'ambiance " mais là, c'était extraordinaire. On y était dans ce trou perdu d'Australie, à avoir chaud, à avoir soif, à attendre que ce fichu lac meurt pour que le cadavre réapparaisse. On sent, on perçoit l'Australie mieux qu'avec des images. On la palpe, on la respire ...

L'intrigue en elle-même est assez moyenne (on devine beaucoup de choses très vite) mais le roman vaut largement pour l'ambiance, le suspens. Pour une fois que je lis un auteur qui sait créer du suspens grâce à son écriture, une vraie tension dramatique et sans artifice, on en redemande !

 

"le lac Otway était en train de mourir. A l'endroit où il avait existé, dansant au soleil, courtisé par la lune enchanteresse, il n'y aurait plus  que de mornes étendues d'une argile aussi dure que le fer.
Alors, les morts se réveilleraient peut-être pour clamer des accusations dont l'écho sera renvoyé par les dunes disposées en cercles."

Repost 0
Published by touteseule - dans littérature anglaise
commenter cet article
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 08:38

L'histoire:

"Une fois dans sa chambre, il se jeta sur un canapé et ses yeux s'emplirent de larmes. Il avait fait de son mieux pour commettre le meurtre, mais il avait échoué à deux reprises sans que ce fût sa faute. Il avait essayé de faire son devoir, mais le Destin lui-même semblait s'acharner à le trahir."

 

Mes impressions de lecture:

Un petit bijou d'humour noir : Oscar Wilde est indétronable ! En le lisant j'ai pensé assez souvent au  "magasin des suicides" de Jean Teulé. La même verve, le même esprit d'un mauvais goût tout à fait délicieux.

A lire (en plus c'est très court) !

 

Elle avait plus d'une fois changé de mari; le Debrett, en effet, portait à son crédit trois mariages, mais, comme elle n'avait jamais changé d'amant, on avait cessé depuis longtemps de médire sur son compte.

 

Si une femme ne peut rendre charmante ses erreurs, ce n'est qu'une femelle.

Repost 0
Published by touteseule - dans littérature anglaise
commenter cet article
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 18:42

L'histoire:

Cette femme vieillie, qui s'appelle Françoise Simon et qui fait office de narratrice, pourrait révéler un terrible secret. Mais elle ne le fait pas ; pas tout de suite. "Ce n'est pas, hélas, aussi simple que ça", confesse-t-elle au début de ces Cinq quartiers d'orange. Un secret – mais quel secret ? – pourrait se cacher derrière l'aspect si anodin et respectable d'une femme devenue mamie gâteau tenant une petite crêperie sur les bords de la Loire ? Joanne Harris fait preuve dans ce roman d'un indéniable savoir-faire pour capter son lecteur et d'une belle maîtrise du jeu du souvenir. Les lourds silences et les bérets enfoncés des vieux sur la place du village ne nous paraissent être au départ que de simples notations folkloriques. Et puis, petit à petit, ces silences s'animent. Quelque chose ici, dans ce village, dans ce nom de Françoise Simon née Dartigen, dans l'histoire même de cette femme, devient gênant, troublant, tabou. Avec la narratrice, nous effectuons ce long parcours d'une plongée dans un passé trouble qui réveille des démons endormis.

 

Mes impressions de lecture:

Mouais... bof...

J'ai été emballée au cours de la lecture : des recettes de cuisine, un vieux secret de famille, des enfants... L'écriture était enlevée, vivante, variée. L'histoire était originale.

 

Et puis l'intrigue a été trop longue à démarrer, la fin décevante. Un peu comme un pétard qui aurait fait un petit "pop" minable au lieu du grand BADABOUM qu'on attendait, qu'on nous faisait espérer depuis des pages, des pages, des pages et des pages...

ça se lit, bien, c'est plaisant mais ce n'est pas le chef d'oeuvre de l'année.

Repost 0
Published by touteseule - dans littérature anglaise
commenter cet article
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 17:12
tous les livres sur Babelio.com

L'histoire:

Quatorze ans après la tentative d'assassinat dont elle a été victime, la célèbre détective littéraire Thursday Next est toujours aux prises avec la fiction : on lui a collé son alter ego en guise de stagiaire, un Excédent de Bêtise menace, et, surtout, la fin des Temps est à craindre. Tout ça alors que son fils, le petit Friday jadis si mignon, est devenu un adolescent mollasson qui lui cause bien du souci. Pourtant la ChronoGarde cherche à tout prix à le recruter... il est selon eux destiné à sauver la planète... pas moins de 756 fois ! Et ce n'est que le début... car un livre interactif dans lequel les lecteurs pourront tout bonnement éliminer les passages dits ennuyeux est censé pallier la baisse vertigineuse de la lecture dans le Monde Extérieur ! Les lecteurs qui prennent le pouvoir ? Thursday doit bien avouer qu'on ne lui avait encore jamais fait ce coup-là. Et c'est à elle et à elle seule qu'il revient d'empêcher le Monde des Livres de voler en éclats...

 

Mes impressions de lecture:

Original et plein d'inventions, de rebondissements, ce cinquième opus est toujours aussi plaisant à lire.

Mais la fin ... quelle déception !! Ce n'est pas l'histoire qui est décevante, c'est ce qu'a fait Jasper Fforde. C'est vraiment se moquer du monde : ça fait "je ne sais vraiment pas conclure mon livre ... hop là... petit tour de passe-passe en espérant que mes lecteurs n'y verront que du feu." J'ai été terriblement déçue... Même pas envie de lire la suite.

 

Citations

"Même quand il agit avec intelligence, le gouvernement a démontré qu'il n'était qu'un ramassis de crétin.
- Les crétins sont nombreux dans ce pays, répondis-je distraitement, et ils ont le droit dêtre représentés autant que quiconque."

 

"Alors que le récit progresse de façon rationnelle, la poésie court-circuite la pensée logique et monte directment au cerveau pour irriguer le système limbo-onirique qu'elle enflamme comme un feu de broussailles. La poésie est la cocaïne de la littérature"

Repost 0
Published by touteseule - dans littérature anglaise
commenter cet article

Je Suis...

  • : Les lectures d'heureuse
  • Les lectures d'heureuse
  • : "Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois" Pierre Dumayet
  • Contact

Cher égaré du net,


Je ne sais quel hasard vous a amené vers ces pages mais je préfère être honnête avec vous. Vous ne trouverez ici:

                                  - Ni analyse littéraire aussi intelligente que complexe,

                - ni étude approfondie de chaque ouvrage.


 

Qu'ai-je donc à vous proposer?     


Partager mes coups de coeur coeur-73.gif, mes coups de gueule, mes "bof...".


 Echanger sur ces mêmes coups de coeur, coups de gueule, coups de "bof...", parce que, tous ces livres, qu'on les ait aimés ou pas ont été écrits par un auteur qui a mis son coeur et méritent, pour la plupart qu'on les fasse vivre le plus possible.

marguerite.jpg


           Essayer de retranscrire ce petit instant inimitable qu'on vit quand on lit le dernier mot de la dernière phrase de la dernière page d'un livre.


Cet instant de tristesse, de vide incommensurable  à l'idée de quitter un univers qu'on avait plaisir à retrouver jour après jourhp7.gif. Cette déception terrible quand on se retrouve face à une chute bien plate9782221113073.gif ou au contraire cette explosion d'émotions qu'un immense talent nous procure en quelques mots 9782253115540 .

Ou le soulagement que le pensum arrive enfin à son terme9782266164573.

 

 

 

Ce blog est ma mémoire, ma petite bibliothèque intérieure.

 


 

Je vous en prie, choisissez un livre et asseyez-vous pour le feuilleter tranquillement.


fauteuil2.jpg

Mes auteurs

Mes auteurs favoris


Irène Némirovsky
Fred Vargas
Carole Martinez
Anne Perry
Barbara Constantine
Jasper Fforde
Nancy Huston
Tatiana De Rosnay
René Barjavel
Romain Gary
Agatha Christie
J.K. Rowling
Anna Gavalda
Eric-Emmanuel Schmitt
Sophie Kinsella